Le marketing management est une méthodologie23 qui tire son efficacité — évaluée en parts de marché24 — de la primauté donnée à la prise en compte préalable des attentes des clients et des partenaires stratégiques et commerciaux, et, de façon créative, des stratégies potentielles des concurrents, à la gestion de l'architecture de marque sous lequel est présentée l'offre et au développement du capital marque, de la maîtrise de la communication publicitaire et des techniques relationnelles de suivi de la promesse faite par celle-ci25.
L'efficacité du marketing est subordonnée à l'existence de la marque, définie par l'American Marketing Association comme : « un nom, un terme, un signe, un symbole, un dessin ou toute combinaison de ces éléments servant à identifier les bien ou services et à les différencier des concurrents »35. La marque apporte une valeur financière et constitue un actif immatériel. Elle apporte une valeur forte au consommateur (facilitation de l'acte d'achat, assurance dans son achat, valorisation...) et permet à l'entreprise notamment des marges accrues, une plus forte efficacité publicitaire ou encore une meilleure valorisation sur les marchés financiers36. La prise de conscience récente de cette évidence a conduit à ajouter le naming et le branding à la panoplie du marketeur.
Le prix (pour le client) peut être vu simultanément comme la somme des coûts, de la marge du vendeur et des taxes diverses ou comme le montant qu'un client est prêt à payer pour ce produit ; prix psychologique, il s'agit du prix d'acceptation optimal (selon les théories de l'école autrichienne). La demande est généralement élastique : le nombre d'achats évolue par rapport à l'évolution du prix. Si le prix augmente, la demande baisse et inversement. En conséquence, différentes politiques de prix sont possibles, comme la politique d'écrémage, qui cherche à vendre moins de produits, mais plus cher, et donc ainsi à dégager un plus grand bénéfice. Le prix peut également être vu de manière qualitative (fixe-variable), de manière dynamique (politique de solde) ou relationnelle (politique de fidélisation). Une grande méconnaissance des acheteurs est à signaler dans le secteur des services : le prix des services est généralement sous-estimé par rapport aux prix des produits. D'où l'importance d'un marketing beaucoup plus pédagogique et donc plus coûteux pour ce secteur. Cependant, de nombreuses législations interdisent la vente à perte (notamment en Belgique ou en France, depuis 1997 et la loi Galland).
Les services sans fil 5G fixes à haut débit fournissent un accès à Internet sans câble jusqu'au domicile des particuliers et aux locaux des entreprises. Dans ce cas, les opérateurs réseau déploient leurs équipements NR dans de petits sites cellulaires à proximité des bâtiments où un récepteur placé sur le toit ou le rebord d'une fenêtre reçoit et amplifie le signal. Pour les opérateurs, les services fixes à haut débit devraient réduire les coûts de livraison des services haut débit aux particuliers et aux entreprises puisque cette méthode rend superflu le déploiement de la fibre optique jusqu'à chaque bâtiment. Il suffira à la place d'installer des câbles de fibre optique jusqu'aux sites cellulaires : les clients recevront les services haut débit via des modems sans fil placés à leur domicile ou dans leurs locaux.
En parallèle, les organismes de normalisation définissent les normes internationales des équipements 5G. Le projet de partenariat de 3e génération (3GPP, 3rd Generation Partnership Project) a approuvé les normes 5G NR (New Radio) en décembre 2017 et devrait terminer prochainement la principale norme mobile 5G applicable aux services cellulaires 5G. Les systèmes radio 5G sont incompatibles avec les matériels radio 4G. Toutefois, sur les équipements radio sans fil récents des opérateurs, une mise à niveau logicielle devrait suffire pour passer à la 5G sans acquérir de nouveaux matériels.
×